Home Dossiers Pratique Pratique : Bien comprendre la charge autorisée de son fourgon

Pratique : Bien comprendre la charge autorisée de son fourgon

PTAC_VAN_01

Poids à vide, PTAC, charge utile ou poids tractable, ces notions sont parfois floues, mais demeurent essentielles en fourgon pour être en règle et en sécurité. Voici comment les décrypter.

Fourgon : le poids à vide en ordre de marche (PVOM)

Mention G sur le certificat d’immatriculation

Ce dernier correspond au poids du véhicule quand toutes les conditions sont réunies pour qu’il roule. Il se détermine donc avec le réservoir plein, tous les fluides du moteur, une bouteille de gaz pleine, le chauffeur (barème à 75 kg), l’ensemble des équipements fournis de série (roues de secours…). Pour les fourgons aménagés, on se base sur la plaque de l’aménageur et pas sur celle du constructeur. Dans le Code de la route, c’est l’article R312-1 qui définit le poids à vide. Il s’agit «  du poids du véhicule en ordre de marche comprenant le châssis avec les accumulateurs et le réservoir d’eau rempli, les réservoirs à carburant ou les gazogènes remplis, la carrosserie, les équipements normaux, les roues et les pneus de rechange et l’outillage courant normalement livrés avec le véhicule. Le poids total d’un véhicule articulé, d’un ensemble de véhicules ou d’un train double est appelé poids « total roulant » du véhicule articulé, de l’ensemble de véhicules ou du train double. » Toutefois, la réglementation prévoit une tolérance de l’ordre de 5%. On estime ainsi qu’il peut y avoir des différences entre 2 fourgons identiques d’un même constructeur (type d’options, matériaux de finition). Mais attention, cela ne se répercute pas sur le PTAC (poids total en charge) qui reste à 3,5 T. Ce dernier a lui aussi le droit à une tolérance, mais qui concerne cette fois les appareils de mesure des forces de l’ordre.

Fourgon : le poids total en charge (PTAC)

Mention F1 sur le certificat d’immatriculation

Il s’agit du poids maximal autorisé quand vous circulez (en général entre 2 800 et 3 500 kg en fonction des fourgons). En plaçant votre Van sur la balance, les forces de l’ordre cherchent à savoir si vous êtes en règle. Le PTAC est déterminé avec tous les passagers, les bagages et les accessoires. Les forces de l’ordre appliquent toutefois une tolérance de l’ordre de 5% qui correspond à la marge d’erreur de l’appareil de mesure. Avant de prendre la route, ne tenez pas seulement en compte des bagages, mais aussi tous les accessoires ou les options : 2e bouteille de gaz (15kg), porte-vélos chargé (30 kg), TV (5 kg)… Il est aussi nécessaire de savoir pour quel niveau de remplissage est homologué votre fourgon. S’il a un réservoir de 100 litres, mais qu’il est homologué pour 20, il faudra alors rajouter 80 kg. Pour s’en rendre compte, il suffit en général d’inspecter la fiche technique. Dans la case « eau propre », s’il est écrit 20(100) cela signifie que le constructeur conseille de rouler avec 20 litres pour garder une charge utile confortable. À l’arrêt, le réservoir peut cependant contenir 100 litres d’eau.

PTAC_VAN_02

Fourgon : la charge utile

Elle correspond au chargement dont vous bénéficiez et se calcule en faisant la soustraction entre le PTAC et le PVOM. Par chargement on entend les passagers en dehors du chauffeur (on compte une moyenne 75 kg par personne), tous les accessoires (TV, panneau solaire, porte-vélo…) mais aussi tout ce que vous avez prévu d’emmener et les achats en cours de route ! Si vous emportez un pack de 6 bouteilles d’eau, par exemple, il faut ajouter 9 kg à retrancher. L’idéal est de bénéficier d’une charge utile de 500 kg. Cela laisse un éventail intéressant pour les besoins quotidiens, les accessoires et les petits souvenirs achetés au fil des kilomètres. Depuis quelques années, la charge utile tend aussi à augmenter, les aménageurs utilisent des matériaux de plus en plus légers ce qui permet d’avoir une marge plus importante.

Fourgon : quel permis pour quelle remorque ?

Contrairement à certains camping-cars qui sont parfois considérés comme des poids lourds, le fourgon ne dépasse pas le PTAC de 3,5 T. Mais attention, il faut tout de même observer certaines règles. Le permis B suffit si le PTAC de la remorque (donc chargée) est égal ou inférieur à 750 kg et que le PTAC de l’ensemble roulant n’excède pas 3,5 T. Si la somme des PTAC du tracteur et de la remorque est comprise entre 3501 kg et 4250 kg, il faudra alors passer la formation B96. Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’un examen, mais d’un cours théorique de 4 heures à l’auto-école avec en plus 3 heures en circulation. Au-delà d’un PTAC de 750 kg et d’une somme de 4250 kg avec le fourgon, il faudra passer le permis BE. Dans le cas où la remorque dépasserait les 3,5T, il est nécessaire d’avoir le permis C1E. Notez que les remorques dont le PTAC est supérieur à 500 kg doivent avoir leur propre certificat d’immatriculation.

PTAC_VAN_03

Fourgon : que faire si le poids est trop important ?

Si malgré toutes vos attentions, le PTC dépasse le PTAC, pas de panique, quelques astuces vous permettront de retomber sous le seuil légal. Le premier facteur sur lequel on peut jouer, c’est le volume d’eau propre. Sachant que 1 l est égal à 1 kg, vous pouvez baisser le remplissage pour rouler en règle et recharger en eau une fois sur l’aire de service pour les besoins de l’étape. Faites aussi le bilan de ce que vous emmenez et traquez ce qui peut être lourd (comme les ustensiles de cuisine et les couverts). L’autre solution consiste à transposer une partie du poids dans une remorque. Avec la formation B96 de 7 h, vous pourrez en plus tracter une remorque dont le PTAC est supérieur à 750 kg et inférieur ou égal à 3,5 tonnes. Tant que la somme des PTAC (PTAC du véhicule tracteur + PTAC de la remorque) sera inférieure ou égale à 4,25 tonnes.

Les sanctions encourues

Le Code de la route ne laisse aucun doute. La surcharge est punie d’une amende de 4e classe (135 € forfaitaire) si elle est en dessous de 20% et de 5e classe (jusqu’à 1500 €) si elle dépasse ce seuil. Notez que dès 5% de dépassement, l’immobilisation peut être appliquée par les forces de l’ordre tant que le PTC ne correspond pas au PTAC.