Home Infos Insolite : quand Porsche revisite le Combi

Insolite : quand Porsche revisite le Combi

Si la 1ère 356 a été dévoilée en 1948, le projet a démarré un an plus tôt à Gmünd dans un hangar en bois qui servait auparavant de scierie. Pour se lancer, Ferry Porsche a pu bénéficier de la banque d’organes VW (la Coccinelle a été créée par son père Ferdinand) notamment avec le Flat 4 de 1 131 cm3 refroidi par air qui ne cessera d’évoluer. Alors que sa marque est inconnue au début des années 50, Ferry sait que le succès passe par la compétition et décide d’inscrire ses 356 dans de multiples épreuves, notamment au Mans. La première Porsche de l’histoire (une 356/4 SL Coupé) est engagée en 1951 dans la Sarthe et s’inscrit à la 20ème place au classement général. Mais le plus important, c’est qu’elle a remporté la victoire dans sa catégorie (cylindrée inférieure à 1,1 litre) aux mains de l’équipage français Auguste Veuillet/Edmond Mouche. Mais une voiture de course, cela ne fait pas tout, il faut une équipe et surtout des véhicules d’assistance. Et comme la marque est toujours intimement liée à VW, ce sont donc des Combi qui ont été utilisés durant les premières années de Porsche en compétition. Munis d’un toit rehaussé, ils étaient également transformés comme de véritables ateliers mobiles. C’est pour rendre hommage à ces utilitaires de l’ombre que la marque de Zuffenhausen a créé le Porsche Vision Renndienst (comprenez service de course) en 2018. Si ce concept n’avait pas encore été montré à la presse, il se révèle désormais au grand public à l’occasion de la sortie du livre Porsche Unseen (les Porsche jamais vues). Bien évidemment, le constructeur n’a jamais eu la volonté de commercialiser ce véhicule, mais la marque a toujours eu pour habitude de créer des pistes de réflexion pour la mobilité future. Sans surprise, le Porsche Vision Renndienst est doté d’une motorisation 100% électrique et fait un lien (plus ou moins évident) avec le Combi historique. Les parois vitrées sont importantes à l’avant, mais quasi inexistantes à l’arrière. À bord, le poste de conduite est au centre, l’intérêt étant d’améliorer la visibilité des passagers… car oui, il pouvait loger six occupants.